Scott Henderson utilise la Variax pour enregistrer avec un super groupe de jazz fusion
   


Il peut sembler étrange a priori qu’un des guitaristes de jazz fusion les plus innovants et les plus influents soit en fait un musicien blues – mais Scott Henderson n’a pas fini de vous étonner. Tout au long de son parcours, de membre fondateur de Tribal Tech à ses collaborations avec Jean-Luc Ponty, Chick Corea, Joe Zawinul et bien d’autres, Henderson s’est forgé un style qui lui est propre, alliant la progressivité du jazz fusion et l'âme du blues.

Au fil des années, Henderson a été encensé à d’innombrables reprises par des publications comme «Guitar Player» ou «Guitar World» et jouit du soutien inconditionnel de fans du monde entier. Pour son dernier projet, il s’est associé à deux autres vétérans, Jeff Berlin (basse) et Dennis Chambers (batterie), pour former le super-groupe HBC… et s’est rendu au studio, sa Variax à la main.

Au studio avec HBC
hbcfrAu départ, HBC s’est concentré exclusivement sur la scène. «Les concerts live avaient priorité» explique Henderson. «Nous avons fait trois tournées avant de nous décider à aller au studio. Je m’étais dit que ce serait chouette d’enregistrer des morceaux de claviéristes tels que Joe Zawinul et Herbie Hancock—mais sans claviériste. C’était un sacré défi de restituer l’ampleur et la texture des enregistrements originaux sans synthés ni claviers».

L’expérience de HBC sur scène a fait merveille au studio. «Nous avons enregistré l’album en un jour», raconte Henderson. «Pour nous, c’était juste un concert de plus. J’ai ramené les enregistrements à la maison et j’ai passé environ une semaine sur les morceaux nécessitant le plus de couches. Il m’a fallu un certain temps pour trouver les bons sons de guitare surtout quand j’essayais de me rapprocher au plus près des sons de clavier. J’ai usé et abusé des pédales.»

Variax — Le son qu’il fallait
quote2frLe premier album de HBC, dont le titre est le nom du groupe, aligne une impressionnante palette de sons de guitare, allant du vibe blues à gain élevé sur «Wayward Son of Devil Boy» aux sons clairs et funky d’«Actual Proof». Pour l’enregistrement du classique de Wayne Shorter, «Footprints», Henderson voulait une approche jazz traditionnelle mais, problème, il n’a pas de guitare jazz traditionnelle.

«Au lieu d’emprunter une archtop, sur lesquelles je n’ai jamais aimé jouer, j’ai utilisé ma Variax», explique-t-il. «Le modèle Jazzbox délivre un son formidable et la guitare est incroyablement facile à jouer. Ce son a nettement changé ma façon de jouer. Le morceau a une sonorité complètement différente des autres: je me suis vraiment transformé en guitariste jazz traditionnel pour cet enregistrement. «J’ai reçu de superbes compliments de mes amis qui jouent sur des guitares jazz à caisse creuse – ils ont été très surpris que ça soit une Variax».

Les projets
tribal frQuelle est la suite pour un guitariste qui a passé le plus clair des 40 dernières années à l’avant-garde de la scène fusion? «Tribal Tech fait une tournée en Asie au mois de mars et, je l’espère, en Europe cet été puis je partirai en tournée avec mon trio juste après», explique Henderson. «J’ai aussi un projet d’enregistrement avec Alan Hertz à la batterie et Travis Carlton à la basse. Ma priorité numéro un est de terminer les morceaux pour ce nouvel album et de passer au studio».

Pour en savoir plus, rendez-vous sur http://www.scotthenderson.net